La Pomme vous conseille… Ready Player One

Bonjour les petits fruits ! 🙂 Aujourd’hui je vous parle de Ready Player One.


Attention SPOIL (si vous n’avez pas vu le film et que vous ne voulez rien savoir de l’histoire ne lisez pas cet article)

 

dessin3

 

Ready Player One est un film de Science-Fiction américain co-produit et réalisé par Steven Spielberg sorti dans les salles Françaises le 28 mars 2018. Le film est une adaptation du roman Player One d’Ernest Cline paru en 2011.

 

Synopsis

Le film nous raconte l’histoire de Wade Watts, un adolescent qui vit dans la ville de Columbus en 2045. Dans ce futur dystopique, la population souffre de la guerre, de la famine, de la pauvreté et de la surpopulation. Dans ce monde qui semble n’avoir plus rien à offrir d’intéressant et de positif les gens se réfugient en masse dans un jeu vidéo, l’OASIS. Conçu à l’origine comme un jeu de rôle en ligne multi-joueurs, l’OASIS est devenue au fil du temps une véritable société virtuelle dans laquelle la presque totalité de l’humanité se réfugie pour s’évader de leur quotidien difficile, et pour se créer virtuellement la vie qu’ils ne peuvent avoir dans la réalité. Quand commence l’histoire, James Halliday, le créateur de l’OASIS, vient de mourir. Mais ce dernier n’est pas parti sans rien laisser à sa communauté, il a laissé une vidéo dans laquelle il explique qu’il léguera toute sa fortune ainsi que l’OASIS à la personne qui réussira à trouver l’easter egg (l’œuf de Pâques), caché dans l’OASIS. Pour cela il faudra aux joueurs se procurer 3 clés qu’ils ne pourront obtenir qu’en sortant vainqueurs de 3 épreuves. Nolan Sorrento, le PDG de la multinationale Innovative Online Industries (IOI), est prêt à tout pour gagner et prendre le contrôle de l’OASIS pour l’exploiter massivement à des fins lucratives. Wade Watts, via son avatar Perceval, va s’investir pour gagner la compétition et ainsi sauver l’OASIS des mains du vénal Nolan Sorrento. Dans cette aventure Wade ne sera pas seul, et c’est avec l’aider de ses alliés et amis qu’il viendra au bout de sa quête.

 

Non, Ready Player One ne fait pas du fan service

Le principal reproche fait à ce film est celui de faire du fan service, et pourtant non, je vous assure qu’il n’en fait pas et je vais essayer de vous expliquer pourquoi.


Spielberg est un véritable GEEK

Si vous connaissez ne serait-ce qu’un peu les œuvres, la vie, et les obis de Steven Spielberg vous ne pouvez être que convaincu de cette affirmation : Spielberg est un Geek. Fan de série B, de Tintin, de James Bond, de Doctor Who, d’animation et de jeux vidéos, Spielberg est légitime quand il parle de pop culture et il est bien armé pour ne pas tomber dans le fan service qui ne sert qu’à assouvir une nostalgie latente chez le spectateur mais qui ne témoigne pas d’un intérêt particulier pour la référence citée ni pour la culture de laquelle elle est extraite. Contrairement à ceux qui font du fan service dans leurs films, Spielberg aime cette culture et lui porte un vrai respect. Lorsqu’il utilise des personnages de la pop culture il le fait avec pertinence puisqu’il apprécie et comprend cette culture. Il utilise des personnages connus mais ne se contente pas de les faire apparaître, il les insère dans un récit qui prend en compte leur sens.


Quelques exemples

Le Tyrannosaure de Jurassic Park

Seule référence à un de ses propres films (en tous cas c’est la seule que j’ai vu) le T-Rex n’est pas là par hasard. Spielberg aurait pu choisir n’importe quel autre de ses films, mais non, il a choisi Jurassic Park, pourquoi ? Dans Jurassic Park, John Amand crée (ou plutôt recrée) une chose merveilleuse, les Dinosaures, pour émerveiller les visiteurs de son parc. Mais tout ne se passe pas comme prévu, des gens essayent de s’approprier son œuvre pour s’enrichir et ça vire au cauchemar puisque les Dinosaures, au départ là pour émerveiller les visiteurs, les dévore. Cela ne vous rappelle pas un petit peu la trame de Ready Player One ? Amand => Halliday. Ceux qui veulent s’emparer de la création d’Amand => Sorrento et sa multinationale. Les Dinosaures => L’OASIS

Minecraft

Minecraft est la première référence que l’on peut voir quand Wade entre dans l’OASSIS pour la 1ère fois à l’écran. Et qu’est-ce que le jeu Minecraft ? Un jeu où l’on construit dans les seuls limites de notre imagination. Un bon point de départ pour décrire ce qu’est l’OASSIS.

Le ceinture de Han Solo de Star Wars

Wade porte la ceinture de Han Solo, un des personnages principaux de la saga Star Wars. Ce personnage fait au départ cavalier seul (ou presque, n’oublions pas Chewbacca) et va finalement intégrer une équipe. Et c’est justement l’évolution vers laquelle va aller Wade.

La Delorean de retour vers le futur

Wade, par l’intermédiaire de son avatar Perceval, conduit la Delorean de Retour vers le Futur. Pourquoi la Delorean et pas n’importe qu’elle autre véhicule de la pop culture? Dans Retour vers le futur, la Delorean est une machine à remonter dans le temps. Et comment Wade va-t-il résoudre les énigmes ? En explorant le passé de Halliday.

Le Xénomorphe de Alien

Le Xénomorphe, symbole du viol, apparaît dans le film peu de temps après qu’un personnage important rappelle à Wade que derrière les avatars peuvent se cacher des gens à l’apparence très différente qu’ils pourraient avoir de mauvaises intentions.


Voilà pour les quelques exemples. il y en a surement d’autres mais ce sont les références intelligentes les plus évidentes que j’ai pu noter. Je ne connais pas la totalité des références présentes dans le film et il est certain que d’autres références intelligentes s’y cachent, mais je n’ai pas su les identifier.

J’ai pu également remarquer, et je le signale ici, que le film fait même des références avec des références, je pense bien sûr au personnage du Géant de Fer lorsqu’il se sacrifie en tombant dans de la lave en faisant un pouce en l’air, tout comme le fait Terminator. Le Terminator et le Géant de Fer étant tous deux des machines dotées de conscience.

Je ne peux pas affirmer que le film fait ZERO fan service. En vue du nombre incalculable de références qu’il contient certaines sont probablement juste là un quart de seconde à l’écran pour remplir l’univers de personnages, mais toutes les références mises en avant et immanquables sont là pour de bonnes raisons, sont comprises par Spielberg, on du sens dans le récit, et ne sont donc pas du fan service.

Je pourrais même aller un peu plus loin un disant que le film, en plus de ne pas faire tant de fan service que ça, met en garde contre le fan service. Le méchant n’aime pas la pop culture et ne la comprend pas, pourtant il compte bien profiter de l’amour que porte la communauté de l’OASIS à cette culture pour se faire un maximum d’argent.

 

Ce que j’ai préféré

Ce que j’ai préféré dans le film c’est le respect que porte Spielberg à la pop culture. Il l’aime, la comprend, et la met au même rang que la culture classique notamment en plaçant des références issues de la pop culture aux côtés de références issues de la mythologie Grec et Arthurienne (Artémis et Perceval). Voir cette culture pop prise au sérieux ca procure un plaisir fou.

Et puis bien sûr j’ai adoré la référence à Shining, inattendue et tellement bien faite !

 

Des points négatifs ?

J’ai adoré le film mais deux petits détails m’ont moins plus.

1er détail : Artémis dit à Perceval qu’elle ne lui plairait pas dans la réalité, qu’elle a un physique très différent de celui de son avatar. Mais quand on la voit dans la réalité, on découvre une jeune femme toute mignonne. Elle n’est pas la fille la plus sublime qu’on ait jamais vu, mais elle est très jolie et complètement dans les standards, à savoir mince et de taille moyenne. Son seul défaut physique est une grosse tache de naissance sur le visage, comme particularité physique disgracieuse on a vu mieux.

2ème détail : J’ai trouvé le message de fin proféré sur un ton un peu paternaliste avec une morale beaucoup trop explicite. Je n’avais pas besoin que le film me la dise concrètement pour la comprendre. Mais il ne faut pas oublier que le film s’adresse au grand public et donc aussi aux enfants, à qui cela ne fait sans doute pas de mal d’entendre que seule la réalité est réelle et qu’il faut savoir se détacher du virtuel pour passer du temps avec ceux qu’on aime et qui nous aiment dans la vraie vie. Je comprends le besoin qu’a eu Spielberg de rendre son film accessible à tous les publics, mais malgré tout, en tant qu’adulte, j’aurais aimé un peu plus de nuance et de subtilité dans la manière dont est exposée la morale du film.

 

CONCLUSION

J’ai beaucoup aimé ce film ! Un véritable chef d’œuvre du cinéma de divertissement que je conseille aux petits comme aux grands.



ready-player-one-header



Miss PommePomme

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaire sur “La Pomme vous conseille… Ready Player One

  1. J’ai beaucoup aimé ce film aussi !
    Ma référence préférée à moi était Shining, la marée de sang devant les ascenseurs (mon film préféré :p).

    Super article, très intéressant ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *