La Pomme vous conseille… The Good Place

Bonjour les petits fruits 🙂 Aujourd’hui je vous parle de The Good Place.

Attention, SPOIL, si vous n’avez pas vu l’intégralité de la série et que vous ne voulez pas être spoilé ne lisez pas cet article.

dessin3

The Good Place est une série Américaine de 2 saisons créée par Michaël Schur.


Un petit résumé

Dans cette série nous sommes après la mort, et l’au-delà est divisé en deux lieux, le Bon Endroit (le paradis) et le Mauvais Endroit (l’enfer). Pendant toutes notre vie sur terre nous gagnons ou perdons des points et la sommes de nos points obtenues suite à nos bonnes et mauvaises actions nous mène soit au Bon soit au Mauvais Endroit.

Notre héroïne principale, Eleanor Shellstrop, est morte et est envoyée au Bonne Endroit, un lieu atypique représentant une ville parfaite, remplie d’enseignes de Yaourts Glacés, de jardins, et de maisons aux façades colorées. Sauf qu’elle n’y a pas sa place. Durant toute son existence terrestre, Eleanor n’a été qu’une petite peste égoïste. Elle se rend vite compte qu’il y a eu erreur et qu’elle n’aurait jamais dû se retrouver ici et aurait dû finir au mauvais endroit et subir les pires tortures que l’on puisse imaginer.

Elle en parle rapidement à sa soit disant âme sœur (oui parce qu’au paradis on rencontre notre véritable âme sœur), Chidi Anagonye, qui était professeur d’Ethique et de Philosophie morale durant sa vie terrestre. Ce dernier décide de l’aider à devenir une bonne personne pour qu’elle ne se fasse pas repérer et pour qu’elle puisse gagner sa place ici au Bonne Endroit. Mais la tâche s’avère plus difficile qu’escompté car au moindre faux pas d’Eleanor une catastrophe loufoque se produit dans le Bon Endroit.

Un jour, Eleanor découvre qu’elle n’est pas la seule à ne pas avoir sa place ici, Jason, un DJ et dealer (considéré par erreur comme étant Jan Yu, un moine bouddhiste qui a fait vœux de silence) est lui aussi un imposteur dans ce monde et aurait dû se retrouver au Mauvais Endroit. Jason à pour soit disant âme sœur Tahani, une belle est grande milliardaire britannique qui a passé sa vie terrestre à lever des fonds pour des ONG et à parcourir le monde dans des missions humanitaire.

Chidi essaie tant bien que mal d’aider Eleanor et Jason à devenir de bonnes personnes pendant la majeure partie de la saison 1, quand surprise, tout ceci n’était qu’une mascarade, un piège savamment menée par Michaël, l’architecte de ce quartier du Bon Endroit, qui est en fait un démon du Mauvais Endroit. Eleanor, Jason, mais aussi Chidi et Tahani n’avaient pas leur place au Bon Endroit et se trouvent en réalité au Mauvais Endroit, et ce à leur insu. Le quartier et ses résidents n’étaient qu’illusions. Le but du démon Michaël était de tester une toute nouvelle technique de torture qui consiste à insister les humains à se torturer les uns les autres sans qu’ils s’aperçoivent qu’ils sont mutuellement la source de leur souffrance, et ce pour l’éternité.

Abasourdis par cette révélation, Eleanor, Chidi, Tahani et Jason, fièrent des progrès qu’ils ont fait en se côtoyant, réclament leur droit à être finalement envoyés au vrai Bon Endroit. Michaël les « reboute » donc tous et recommence encore et encore son scénario machiavélique avec à chaque fois quelques modifications, mais toutes les fois nos héros se retrouvent, s’entraident, s’améliorent, et percent à jour le plan de Michaël.

Après plus de 800 tentatives, le chef de Michaël s’aperçoit que le plan de ce dernier est un véritable échec et le condamne à la « retraite », un sort qui attend tous les démons qui ont échoué à leur tâche et qui consiste à se faire monstrueusement torturer pour l’éternité (en fait, un sort analogue à ce qui attend les humains qui finissent au Mauvais Endroit), un sort auquel Michaël veut bien évidemment échapper.

Après tant de temps passé aux côtés des 4 humains, Michaël, s’en se l’avouer, a fini par s’y attacher, et doit bien admettre qu’il est vrai qu’ils se sont considérablement améliorer en tant que personne depuis leur décès. Il va donc prendre la décision de les aider à rejoindre le Bon Endroit et bien qu’il soit un démon il va se découvrir une véritable conscience morale.

 

 

De l’humour en toute intelligence

Cette série est drôle. Elle regorge de gags et de situations comiques. Je ne suis pas très friande de films et séries humoristiques et pourtant j’ai adoré cette série, c’est pour dire à quel point l’humour de cette série est bon et parfaitement dosé. Aucune réplique ayant un ressort comique n’est placée là par hasard, chaque propos comique sert à détailler le portait du personnage qui le profère. L’humour de la série est un humour intelligent qui flirte parfois avec l’absurde avec une justesse incroyable. Dans The Good Place, jamais un gag, une remarque, ou une situation ne vient desservir le propos intelligent de la série. Quand on regarde The Good Place on éclate de rire tout en se questionnant.

 

 

Une série qui traite de Philosophie

The Good Place est profondément philosophique et ce n’est pas étonnant quand on sait que Paméla Hieronymi, professeur de philosophie à l’Université de Californie, à Los Angeles, a participé à l’écriture du scénario. La Philosophie est introduite dans la série par le personnage de Chidi et est omniprésente.

De multiples questions philosophiques sont posées et je vous propose d’en traiter rapidement quelques-unes.


Qu’est-ce qu’être une bonne personne ?

The Good Place pose la question du Bien et du Mal, et plus exactement de ce qui fait de nous une bonne ou une mauvais personne.

Intuitivement il parait évident que pour être une bonne personne il faut faire de bonnes actions et donc éviter d’en faire de mauvaises puisque celles-ci feraient de nous de mauvaises personnes. Mais faire de bonnes actions suffit-il à faire de nous de bonnes personnes ? Sans surprise, la réponse est non. Pourquoi ?

La série, et le Philosophe du 18ème siècle Emanuel Kant, nous expliquent que pour qu’un acte soit véritablement moral, il faut que celui-ci soit désintéressé.

Pour Kant, un acte désintéressé est un acte accompli sans autre but que celui d’honorer le respect que l’on doit à autrui. Si je sauve une personne qui se noie non pas parce que je DOIS le faire mais parce que j’ai peur de ce que les autres dirons de moi si je ne le fait pas, cet acte n’est pas moral.

Et c’est bien pour cela que Tahani, qui a pourtant fait d’innombrable bonnes actions dans sa vie, se retrouve tout de même au Mauvais Endroit. Aucune de toutes ses bonnes actions n’a réellement contribuée à faire d’elle une bonne personne puisqu’elles ont été faites de manière intéressée. Tahani n’agissait pas dans un véritable soucis d’autrui mais parce qu’elle voulait être admirée de tous et surtout de ses parents.

De même, quand Eleanor essaie de gagner suffisamment de point pour rejoindre le Bon Endroit cela ne fonctionne pas puisque toute les bonnes actions qu’elle fait elle les fait pour aller au Bon Endroit, et donc de manière intéressée. C’est lorsqu’elle renonce à son intérêt personnelle et qu’elle se résigne à rejoindre le Mauvais Endroit afin d’éviter tout malheur aux autres que ses points montent en flèche.

Bien que sa philosophie soit la plus visible dans la série, Kant n’est pas le seul philosophe évoqué. On trouve également des références à bien d’autres Philosophes comme Aristote, Lao Tseu, Hume, ou encore Kierkegaard.

De nombreuses conceptions de la morale sont avancées, comme par exemple l’Utilitarisme, qui explique que le bon choix est celui qui engendre le plus de bonheur et le mauvais choix celui qui engendre le plus de malheur, ou encore le Particularisme Morale, théorie selon laquelle il n’y a pas de règle absolu et qu’il est possible qu’un acte qui est moral dans une situation ne le soit plus dans une autre.

On trouve également dans la série une exposition du Dilemme du Tramway (ou Dilemme du Chirurgien) que je ne vais pas détailler ici car mon article est déjà bien assez long. Si vous souhaitez en savoir plus je vous renvoie à la vidéo de Mr Phi et de Lê qui expose avec brio toutes les dimensions de ce dilemme, et à la vidéo sur l’Utilitarisme de Mr Phi, qui revient sur les expériences de pensées de la vidéo précédente.

La série par ses innombrables références à diverses conceptions de la morales nous montre qu’être une bonne personne n’est jamais chose facile. Et s’y connaitre sur le bout des doigts en questions éthiques ne nous sauve pas du risque de ne pas être une vraie bonne personne.

C’est pour cela que Chidi, qui sait tout sur l’éthique et la morale se retrouve pourtant au Mauvais Endroit. Incapable de prendre une décision de peur de faire une mauvaise action, son indécision et donc son inactivité s’est transformer en la mauvaise action qu’il redoutait tant, puisque celle-ci engendrait de la souffrance pour autrui.

 

Pouvons-nous nous améliorer sur le plan moral ou sommes-nous condamnés par nos actes passés ?

Se poser cette question c’est se demander si l’être humain est déterminé à être ce qu’il est ou si au contraire celui-ci se crée en permanence ce qui lui permet de s’améliorer sur le plan moral par l’intermédiaire de ses actes. Si l’être humain peut s’améliorer sur le plan moral, alors il n’y a pas d’hommes bons ou d’hommes mauvais par essence mais seulement des hommes qui ont fait de bons ou de mauvais choix sans que ceux-ci ne soient le résultat d’une détermination inhérente à l’essence de chaque individu.

La série répond que oui nous pouvons nous améliorer moralement quelle que soit notre « moralité de départ » et en ceci la série porte un message profondément positif qui pousse à la remise en question et à l’amélioration de soi.

A l’instar de Sartre, la série, bien qu’elle ne le dise pas clairement, défend l’idée que l’existence précède l’essence. En d’autres termes, nous ne sommes pas déterminés à être ce que nous sommes mais nous nous créons tout au long de notre vie par nos actes (et dans la série cela se poursuit même dans la mort). Nous sommes à 100% responsables de la personne que nous sommes à l’instant T mais rien ne nous empêche de changer. Ceux qui se refusent à l’amélioration font preuve de ce qu’appelle Sarte de la « mauvaise foi ». Ils ont le pouvoir de faire naitre en eux le changement qui les mènerait à être la personne qu’ils désireraient être, mais ils préfèrent la facilité, se résignent, et trouvent de quoi se déculpabiliser dans une soit disant détermination de leur personne par leur passé. Eleanor nous donne d’ailleurs un bel exemple de « mauvaise foi » quand elle prétend ne pas avoir eu le choix, qu’elle est devenue une mauvaise personne parce que ses parents étaient des égoïstes alcooliques qui ont divorcés, tout en sachant très bien qu’elle se cherche des excuses en disant cela puisque des personnes ayant eu une enfance plus malheureuse que la sienne sont tout de même devenues de bonnes personnes.

Tous les personnages de la série évoluent à partir du moment qu’ils ont pris conscience que quelque chose dans leur façon de se conduire n’allait pas mais ils s’améliorent vraiment qu’à partir du moment où ils choisissent d’agir en conséquence pour s’améliorer. Le simple constat ne suffit pas, il faut agir.

La série nous dit aussi que quand on cherche à s’améliorer, il est important de pouvoir trouver soutiens et entre-aide. C’est par la rencontre et la discussion avec autrui qu’on apprend sur nous même, qu’on se remet en question, et que l’impulsion du changement se met en place.

Au début de la série Eleanor est vraiment une personne détestable, égoïste, et parfois même cruelle. Mais en se remettant en question et en suivant avec attention les cours d’éthique et de morale que lui donne Chidi, elle s’améliore considérablement en tant que personne et se transforme en une vraie bonne personne.

Chidi en s’investissant auprès d’Eleanor apprend sur lui-même et s’améliore en se trouvant capable de prendre des décisions.

Tahani, véritable snob ne jurant que par les apparences, s’améliore au contact de trois autres protagonistes, elle se remet en question et apprend que ce n’est ni sa beauté ni sa richesse qui fait sa valeur.

Jason, le DJ et dealer qui ne brille pas par ses capacités intellectuelles, est celui qui s’améliore le moins mais il fait tout de même quelques progrès.

Même Michaël, qui est un démon, et donc par définition une mauvaise personne, fini par être littéralement transformé par l’expérience qu’il va vivre en côtoyant les quatre humains. Il va vivre l’angoisse existentielle, faire l’expérience de l’amitié, et se découvrir une véritable conscience morale.

 

Tuer une intelligence artificielle est-ce un meurtre ?

Cette question se pose dans la série lorsque Eleanor envisage de tuer Janet (l’androïde dotée d’une intelligence artificielle présente dans le quartier pour orienter et aider ses résidents) afin que cette dernière ne puisse pas conduire le train qui mènerait Michaël vers sa punition éternelle. Eleanor ne saisit pas qu’il puisse y avoir meurtre étant donné que Janet n’est pas biologique. Et pourtant ?

Un meurtre vous serez tous d’accord avec ça c’est supprimer une conscience autre que la mienne et ce de manière volontaire.

Et je pense que vous serez également d’accord avec l’idée que ce qui différencie fondamentalement la vie de la non vie c’est la présence d’une forme de conscience plus ou moins développée.

Je vois déjà certains venir me dire « ouais mais non c’est n’importe quoi parce que les plantes n’ont pas de conscience et pourtant elles sont bien vivantes. » A ceux-ci je répondrais qu’ils se trompent en disant que les plantes n’ont pas de conscience, elles en ont une, une conscience très très très différente de la nôtre et « moins développée », certes, mais une certaine forme de conscience quand même.

Mais je m’égare. Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos intelligences artificielles ^^ Une machine peut-elle avoir une conscience ?

Si on considère que l’esprit (ici utilisé comme étant analogue au terme conscience) est séparé du corps. C’est-à-dire qu’il est au-delà de la matière, et qu’il dirige notre corps à distance comme nous dirigeons notre personnage dans Mario Kart, alors non, une machine ne peut pas avoir d’esprit, elle ne peut pas avoir de conscience. C’est la thèse défendue par le Dualisme dont Descartes est un représentant.

Mais si au contraire on considère qu’il n’y a que la réalité physique qui existe. Thèse défendue par le Matérialisme. Il ne peut donc pas y avoir d’esprit dans un au-delà du corps qui du haut d’un « ciel des idées », pour reprendre l’expression de Platon, nous met en mouvement. L’esprit et le corps ne peuvent donc pas être deux entités distinctes mais sont bien deux choses intimement liées l’une à l’autre. Et si le corps et l’esprit ne font qu’un, cela signifie que notre esprit, que notre conscience, trouve son siège dans notre corps, et plus précisément dans notre cerveau. Comment notre cerveau réussi-t-il à faire émerger une conscience aussi complexe que la conscience humaine on ne sait pas, mais ce qui est certain, si on est matérialiste, c’est que le siège de notre conscience, là où elle émerge, c’est bien dans ce fabuleux organe qu’est le cerveau.

Mais si nous sommes dotés de conscience parce que nous avons un cerveau, une machine peut-elle en avoir un ?

Pour répondre à cette question il faut se demander d’un point de vue fonctionnaliste, quelle fonctions occupe mon cerveau ? Le cerveau reçoit des informations venues de l’extérieur, les analyse, et commande au corps une réponse adapté à la situation. Vue de cette manière ce que fait notre cerveau est assez proche de ce que fait un ordinateur, mais en infiniment plus complexe. On peut donc imaginer voir un jour une machine avec un cerveau informatique programmé de telle sorte à ce qu’il réalise des fonctions analogues à celles de notre cerveau biologique. A ce moment-là, la machine dotée de ce cerveau informatique sera tout autant dotée d’un esprit, d’une conscience, que nous le sommes. Une conscience peut-être un peu différente mais une conscience tout de même.

Janet pense, réfléchis, comprend les motivations et les désirs des humains et est capable d’interagir de manière adéquate avec eux. En sommes, il est assez évident que Janet possède une certaine forme de cerveau informatique qui a des fonctions analogues à celles d’un cerveau biologique. Janet à de ce fait une certaine forme de conscience et la tuer c’est bien commettre un meurtre.

La théorie selon laquelle Janet à belle et bien une conscience se vérifie d’ailleurs dans la suite de la série, quand après avoir été réinitialisée pour la 800ème fois, elle devient capable de mentir et de ressentir des émotions humaines comme la tristesse et l’amour.


Il y a bien d’autres questions intéressantes relevées par la série mais en vue de la longueur de cet article, je vais m’arrêter là.

 

 

Ce que j’ai préféré

Comme vous le savez (si vous avez lu la rubrique intitulée « Pomme-Pomme qui es-tu ? »), j’ai une licence en philosophie, et vous n’êtes donc pas surpris d’apprendre que ce que j’ai préféré dans la série c’est bien sûr son côté philosophique. Mais j’ai aussi beaucoup aimé l’esthétique de la série et son univers coloré. Et me trouverez-vous bizarre si je vous disais que mon gag préféré c’est quand nos quatre héros prennent le burrito posé sur le bureau du juge pour le juge lui-même et qu’ils se mettent à lui parler ? Cette scène m’a littéralement fait pleurer de rire ^^

 

 

CONCLUSION

J’ai tellement adoré cette série qu’elle s’est hissée au sommet de mes séries préférées ! The Good Place part d’une idée de départ assez simple pour complexifier son histoire au fil des épisodes. La série pose avec justesse la question du Bien et du Mal et réussi à parler de Philosophie de manière ludique et drôle. Avec toutes ces références philosophiques la série est une perle pour les initiés mais elle s’adresse aussi à ceux qui n’y connaissent pas grand-chose en Ethique et en Philosophie. Devant The Good Place on ne se prend pas la tête mais on se questionne. Cette série est belle. Elle est belle dans son esthétique originale et colorée mais aussi dans son propos intelligent, humaniste, et profondément positif.



The_Good_Place_careta

 

Miss PommePomme

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *